L’UA s’apprête à récupérer les avoirs « volés » de l’Afrique


Français

L’Union africaine (UA) a officiellement adopté jeudi la Position africaine commune sur le recouvrement des avoirs (Capar) lors de la 45e réunion du Conseil consultatif de l’UA contre la corruption (AUABC) tenue à Arusha, en Tanzanie, rapporte The Citizen.

Capar est un instrument de récupération des avoirs volés en Afrique.

La secrétaire exécutive de l’AUABC, Charity Nchimunya, a déclaré que Capar était "déjà pleinement opérationnel".

Nchimunya a expliqué que la création de Capar est une étape cruciale pour endiguer ou inverser les flux financiers illicites ou le transport d’autres actifs hors du continent.

« Cela peut contribuer positivement à la lutte contre la corruption en Afrique », a-t-elle déclaré.

La création de Capar a été formellement approuvée par l’UA lors d’une réunion tenue à Kigali, au Rwanda, en 2020.

Son mandat est d’identifier les avoirs volés en Afrique et cachés à l’étranger ainsi que leur récupération.

L’instrument travaillera en étroite collaboration avec les organismes anti-corruption dans les pays respectifs où la grande corruption sévit.

« Après avoir lutté pendant de nombreuses années, un mécanisme qui aidera à récupérer les avoirs volés est désormais en place », a-t-elle déclaré au Citizen.

Capar, a-t-elle expliqué, aidera à identifier, rapatrier et gérer efficacement les actifs de l’Afrique « pour le bien commun des citoyens ».

Il fonctionnera conformément au programme de développement de l’Afrique et aux lois nationales « et d’une manière qui respecte la souveraineté des États membres ».

En outre, il fonctionnera sur quatre piliers : la détection et l’identification des avoirs, le recouvrement et la restitution des avoirs, la gestion des avoirs, ainsi que la coopération et le partenariat.

Les biens acquis illégalement en provenance d’Afrique comprennent, sans toutefois s’y limiter, les ressources naturelles et les objets africains.

Les prix de transfert abusifs des ressources, la fausse facturation commerciale, l’évasion fiscale, l’évasion fiscale agressive et la double imposition ont également été inclus.

La liste comprend également les crimes associés au blanchiment d’argent, à la contrebande, au trafic et à l’abus de pouvoir.

« Il est désormais possible de récupérer l’argent volé en Afrique et caché dans les banques étrangères », a-t-elle souligné.

Avec Capar déjà en place, l’AUABC a élaboré des lignes directrices pour la récupération des avoirs acquis illégalement sur le continent.

L’argent volé dans les pays africains et caché dans des coffres-forts à l’étranger est un sujet de préoccupation parmi les gouvernements africains depuis des années.

Les rapports officiels de l’organisme anti-corruption basé à Arusha révèlent que les actifs pour la plupart liquides comprennent de l’argent liquide escroqué et des minéraux précieux cachés dans des comptes suisses numérotés.

Le président de l’AUABC, Seynabou Ndiaye Diakhate, a déclaré que certains de ces avoirs avaient été introduits clandestinement à l’étranger par des dirigeants, leurs proches ou complices et d’autres personnes influentes dans les pays membres.

« Si de nombreux pays coopèrent, une grande partie des trésors volés seront éventuellement récupérés et restitués aux États où ils ont été pillés », a-t-elle déclaré.

Depuis de nombreuses années, depuis leurs indépendances respectives, de nombreux pays africains ont vu leurs trésors nationaux être siphonnés hors des frontières vers des destinations outre-mer.



Articles Similaires...

Message

Who are you?
Your post