Le Rwanda supprime les frais de transfert de terres par vente


English

Les résidents ne paient plus de frais sur le transfert de terrain basé sur la vente pour tout terrain d’une valeur allant jusqu’à 5 millions de Frw, après que le gouvernement du Rwanda a supprimé les frais sur le service de titre, a appris le New Times.

La directrice générale agricole de la National Land Authority (NLA), Marie-Grace Nishimwe, a déclaré au New Times que la décision de supprimer les frais de transfert de terres par vente a commencé à être mise en œuvre le 8 novembre.

Cependant, elle a déclaré qu’une décision sur ce qui sera facturé ou non sur d’autres services, y compris le transfert de terres par donation et la succession, est en attente d’une ordonnance pertinente en attente d’approbation – soulignant qu’un montant forfaitaire de 30 000 Frw est toujours facturé sur de tels services.

Le développement fait suite aux préoccupations du grand public et des députés concernant un montant forfaitaire de 30 000 Frw facturé pour un transfert de terrain (par vente), indépendamment de la valeur, de la taille et de l’emplacement du terrain. Dans la question.

À plusieurs reprises, les députés ont déclaré que cette pratique n’était pas équitable, dans la mesure où, par exemple, les résidents devaient payer les mêmes frais de transfert de titre pour les parcelles de faible valeur dans les zones rurales que ceux qui possèdent des parcelles coûteuses dans les zones urbaines, et ont demandé une révision. de la taxe.

Nishimwe a déclaré que la vente de terrains est prévue dans la nouvelle loi sur l’impôt foncier, qui prévoit qu’un terrain acheté à un prix n’excédant pas 5 millions de Frw n’est pas taxé, tandis que celui acheté à plus de 5 millions de Rwf paie entre 2 pour cent et 2,5 pour cent d’impôt.

La loi déterminant les sources de revenus et les biens des entités décentralisées, parue au Journal officiel n° Spécial du 14/09/2023, a institué une taxe sur la vente des biens immobiliers, y compris les terrains.

Selon la loi, un taux de 2 pour cent est prélevé sur la valeur de vente d’un bien immobilier à usage commercial si le vendeur est un contribuable inscrit à l’impôt sur le revenu ; tandis qu’un taux de 2,5 pour cent est prélevé sur la valeur de vente d’un bien immobilier vendu par une personne non inscrite à l’impôt sur le revenu.

Il stipule que la taxe est prélevée sur le solde de la valeur de vente du bien après une déduction de 5 millions de Frw qui n’est pas imposable.

Commentant la raison pour laquelle les frais susmentionnés ont été supprimés, Nishimwe a déclaré que les résidents l’avaient demandé, affirmant que c’était exorbitant pour ceux des zones rurales, qui pouvaient vendre un terrain pour seulement 50 000 Frw.

Pour que chaque résident ait accès à un service de qualité et rapide, a déclaré Nishimwe, le gouvernement a écouté les préoccupations et a décidé que les terres achetées avec une petite somme d’argent ne paieraient ni frais ni taxes, tandis que celles achetées avec une somme d’argent relativement plus élevée le feraient. être imposé en fonction de la valeur, au lieu du montant forfaitaire.

« Cela implique que les résidents qui avaient acheté un terrain mais n’ont pas pu s’enregistrer [pour obtenir le transfert du titre] parce qu’ils se rendaient compte que les frais étaient élevés, le font désormais enregistrer. Ils bénéficieront d’une sécurité de propriété foncière car ils posséderont des titres », a observé Nishimwe.

Elle a indiqué que le développement résoudra le problème des transactions foncières informelles causées par les frais que certains résidents considéraient comme élevés car ils ne pouvaient pas se les permettre.



Related posts...

Leave a Comment

Who are you?
Your post
  • *Click Enter button for pragrapsh. A comment should have at least 10 characters

Subscribe to our Newsletter

Subscribe to get updates in your email